dimanche 2 mai 2004

De l’Everest à la frontière népalaise

Le réservoir d'essence de cette LandCruiser est vide.

Le réservoir d’essence de cette LandCruiser est vide.

Ce sera aujourd’hui la dernière journée de notre voyage au Tibet. Nous nous rendrons (pas facilement) jusqu’à Zhangmu, la ville frontière chinoise. Pour une raison pas très claire, le LandCruiser qui nous accompagnait est tombé en panne sèche au beau milieu de nulle part.

Saignée de la LandCruiser.

Saignée de la LandCruiser.

Probablement que le chauffeur utilisait une vitesse trop petite. Les deux jeeps avaient fait le plein en même temps et notre réservoir était encore au trois-quart plein. Heureusement, car ça nous a permis de transférer un peu de notre essence dans l’autre LandCruiser. Pour cela, il suffit de débrancher un des tubes d’arrivée d’essence, de recueillir dans un contenant ce qui en sort et de verser le précieux liquide dans l’orifice prévu à cet effet sur l’autre jeep.

On verse le précieux liquide dans la LandCruiser asséchée.

On verse le précieux liquide dans la LandCruiser asséchée.

Nous avons dû répéter l’opération deux fois avant de trouver une station-service, au grand stress de deux Américains (dans la jeep en panne) qui voulaient arriver au plus vite à la frontière.

journal photo