vendredi 12 mars 2004

Geisha spotting

Deux maïkos dans les rues de Kyōto.

Deux maïkos dans les rues de Kyōto.

Le métier de geisha est en voie de disparition. Selon mon guide de voyage, il resterait moins de mille geishas dans tout le Japon et la majeure partie se trouverait à Kyōto. Une geisha n’est pas une prostituée. C’est une femme (ou un homme, bien que ce soit extrêmement rare de nos jours) que l’on paie pour nous tenir compagnie pour la soirée. Celle-ci nous divertit par sa conversation et ses habiletés artistiques.

Une soirée avec une geisha n’est pas à la portée de tous. D’abord, il faut avoir les moyens. On peut compter quelques milliers de dollars pour une soirée avec deux geishas. Ensuite, il faut avoir des contacts. Habituellement, les geishas n’acceptent de divertir un client que sur la recommendation d’un autre client. Finalement, j’imagine que parler japonais est un atout.

À défaut de passer une soirée avec une geisha, on peut faire du geisha spotting. Dans les rues du quartier de Gion, vers les 17 h, on peut voir les geishas qui vont à leur rendez-vous. Il faut être alerte, car elles marchent plutôt rapidement.

Par pure chance, j’ai vu ces deux maïkos (apprenties geishas) en plein après-midi alors que je faisais la tournée des temples de Kyōto.

journal photo