jeudi 25 mars 2004

Turpan

Irrigation des parterres d'un parc à Turpan.

Irrigation des parterres d’un parc à Turpan.

Grâce aux karez qui apportent l’eau à la ville, Turpan est un écrin de verdure au milieu du désert.

Comme il n’y avait pas grand chose à faire à Urumqi, j’ai pris hier l’autobus pour Turpan, une ville située à environ 150 km au sud d’Urumqi. Malgré la proximité des deux villes, le climat est beaucoup plus doux à Turpan. Une des cultures importantes de la région est la vigne et Turpan produit de nombreux vins (que je n’ai pas encore goûtés). La ville est située au milieu d’une région désertique; elle est approvisionnée en eau grâce à des karez, un réseau de puits et de tunnels qui servent à acheminer l’eau provenant de la fonte des neiges des montagnes environnantes vers la ville.

Entrée d'un tombeau souterrain.

Entrée d’un tombeau souterrain.

Turpan et ses environs comptent de nombreux attraits touristiques, dont d’anciennes tombes, dans lesquelles on peut admirer des corps momifiés, et les grottes aux milles bouddhas, où la plupart des bouddhas et des fresques ont été détruits par des catastrophes naturelles et humaines (dont des explorateurs européens, qui ont cru bon protéger ces reliques en les apportant à la maison). On peut s’en consoler en faisant un tour de chameau.

À dos de chameau.

À dos de chameau.

journal photo