samedi 14 mars 2015

Technologie et pauvreté

Read this article in English

La Banque Mondiale offre tout un éventail d’indicateurs sur les aspects les plus divers de chaque pays de la planète. En parcourant la liste des indicateurs, j’ai eu l’idée d’essayer de caractériser l’économie des pays en fonction de la place qu’y occupe la recherche et le développement. Je me suis intéressé au nombre de brevets déposés par un pays et à la proportion de ses exportations de haute technologie (aérospatial, informatique, produits pharmaceutiques, instruments scientifiques et machinerie électrique).

À l’aide de pandas, j’ai extrait les données des fichiers pertinents (1, 2, 3, et 4) et j’ai calculé leur moyenne pour les années 2008-2012, en ne tenant pas compte des pays sans données pour ces années. Avec matplotlib, j’ai créé un graphe à nuage de points mettant en relation la quantité relative des exportations de haute technologie et le nombre de brevets déposé par habitant, ce qui m’a permis de déceler une relation logarithmique entre les deux. Il y a des exceptions cependant: certains pays sont pricipalement des manufacturiers et exportateurs de produits technologiques conçus à l’étranger.

Je ne suis pas économiste, mais avec ce graphe, je peux caractériser sommairement l’économie d’un pays: plus un pays se trouve vers le haut et vers la droite du graphe, plus son économie repose sur la haute technologie. J’ai ensuite voulu voir s’il y a un lien entre la haute technologie et la richesse; j’ai donc coloré chaque pays en fonction du rang de son PIB per capita (5). Le lien semble assez clair, mais quelle est la cause et quel est l’effet?

On peut tirer d’autres observations de ce graphe:

  • le dépôt de brevet est une affaire de riches: les pays qui déposent le plus de brevet par habitant sont parmi les plus riches de la planète;
  • dans certains pays, la production de biens de haute technologie occupe une place importante, au point de représenter plus de 40% des exportations; ce sont souvent des pays dont le PIB per capita se classe au centre-haut de l’échelle;
  • l’économie des pays les plus pauvres repose très peu sur la haute technologie: ils déposent peu de brevets et exportent peu de biens de haute technologie;
  • bien qu’il y ait généralement un lien entre le développement technologique et la richesse, la technologie n’est pas le seul facteur de richesse d’un pays: le Qatar, l’Arabie Saoudite et le Luxembourg, par exemple, se tirent très bien d’affaire autrement.

Les points du graphe sont cliquables; ils vous mèneront vers le site de l’Observatory of Economic Complexity, qui vous permettra d’explorer l’économie de chacun des pays.